En Octobre 2020, le Château La Coste a accueilli l'École Kourtrajmé.
Treize jeunes artistes ayant récemment achevé leur cursus Art et Image developpé et parrainé par l'artiste français, JR, ont été invités au Château La Coste pour découvrir le projet et s'immerger dans l'environnement. Ils ont passé deux jours à découvrir les œuvres permanentes d'art et d'architecture, la nature et l'équipe travaillant sur le domaine. Ils ont photographié, dessiné, peint, et noté des idées pour réaliser chacun une impression présentée lors d'une exposition ouverte à partir du 15 Décembre 2020.

  1. Hassain, John et Terry
    Hassain, John et Terry
    250,00 €
    Hors stock
  2. Ab-sen-ce
    Ab-sen-ce
    250,00 €
  3. Piscine La coste
    Piscine La coste
    250,00 €
  4. Sans Titre
    Sans Titre
    250,00 €
  5. Puzzle
    Puzzle
    250,00 €
  6. Out of time
    Out of time
    250,00 €
  7. Eva Serraf
    Eva Serraf
    250,00 €
  8. Vulnerability statue
    Vulnerability statue
    250,00 €
  9. Sans titre
    Sans titre
    250,00 €
  10. Sans Titre
    Sans Titre
    250,00 €
  11. Fleur de nuit
    Fleur de nuit
    250,00 €

Une grande partie du discours de Kourtrajmé se concentre sur l'environnement urbain et l'identité contemporaine des jeunes des villes. Leur récente exposition collective "Jusqu'ici tout va bien" au Palais de Tokyo fut un remarquable succès et célébra les 25 ans du film culte "La Haine", prenant place dans les banlieues des cités de Paris. Ce voyage au Château La Coste invita ces artistes à appréhender un sujet complètement différent dans leur travail au travers des vignes provençales.

Parmis eux beaucoup explorent la photographie, mais on trouve une variété de médium: Rakajoo est peintre, Aristide Barraud est écrivain et Tiziano Foucault Gini un dessinateur accompli. Andrea Ferrari explore les arts graphiques et l'illustration, tandis qu'Emilie Pria, Nathan Dehel et d'autres emploient la performance dans leur travail. L'Atelier Tchikebe à Marseille a produit les impressions et a accueilli les étudiants pour les accompagner dans leur processus. Chaque impression est produite en cinq exemplaires, mais certaines, comme celles de Tassiana Ai Tahar ou Clément Perrin, finies à la main, constituent des œuvres uniques.